• La vie s'écoule, la vie s'enfuit
    Les jours défilent au pas de l'ennui
    Parti des rouges, parti des gris
    Nos révolutions sont trahies

    Le travail tue, le travail paie
    Le temps s'achète au supermarché
    Le temps payé ne revient plus
    La jeunesse meurt de temps perdu

    Les yeux faits pour l'amour d'aimer
    Sont le reflet d'un monde d'objets.
    Sans rêve et sans réalité
    Aux images nous sommes condamnés

    Les fusillés, les affamés
    Viennent vers nous du fond du passé
    Rien n'a changé mais tout commence
    Et va mûrir dans la violence

    Brûlez, repaires de curés,
    Nids de marchands, de policiers
    Au vent qui sème la tempête
    Se récoltent les jours de fête

    Les fusils sur nous dirigés
    Contre les chefs vont se retourner
    Plus de dirigeants, plus d'État
    Pour profiter de nos combats.


    167 commentaires
  •  

    Los carbonièrs de La Sala

    Occitans sens o saber

    Cantan l’internacionala

    La cançon del desespèr.

     

    Del punh sarrat que se lèva

    Saludem l’acordeon

    Qual compren la nòstra grèva ?

    Jaurés es al Panteon.

     

    Luchas grandas d’un còp èra

    La polícia dins Aubin

    Per saquejar la misèria

    Quand trigossèrem Watrin…

     

    La plegarem pas l’esquina

    Ajudatz-nos païsans

    Volèm gardar nòstra mina

    Lo pan de nòstres enfants.


    Cantem l’Internacionala

    La cançon de nòstre espèr.

    Los carbonièrs de La Sala

    Nos an mostrat lo dever.

     


    79 commentaires
  • En attendant de réussir à mettre la vidéo sur le blog, en voici le lien:

    http://vimeo.com/15611635


    46 commentaires
  •   Suit une longue citation d'Henry David Thoreau, concernant étudiants, professeurs et institutions. Ce fut écrit au mitan du XIXème sicècle:

      « Au collège de Cambridge, le simple loyer d'une chambre d'étudiant, (…), est de trente dollars par an, quoique la corporation eût l'avantage d'en construire trente-deux côte à côte et sous un même toit, et que l'occupant subisse l'incommodité de nombreux et bruyants voisins, sans compter peut-être la résidence au quatrième étage. Je ne peux m'empêcher de penser que si nous montrions plus de véritable sagesse à ces égards, non seulement moins d'éducation serait nécessaire, parce que, parbleu! on en aurait acquis déjà davantage, mais la dépense pécuniaire qu'entraîne une éducation disparaîtrait en grande mesure. Les commodités que réclame l'étudiant, à Cambridge ou ailleurs, lui coûtent, à lui ou à quelqu'un d'autre, un sacrifice de vie dix fois plus grand qu'elles ne feraient avec une organisation convenable d'une et d'autre part. Les choses pour lesquelles on demande le plus d'argent ne sont jamais celles dont l'étudiant a le plus besoin. L'instruction, par exemple, est un article important sur la note du trimestre, alors que pour l'éducation autrement précieuse qu'il acquiert en fréquentant les plus cultivés de ses contemporains ne s'ajoutent aucun frais. La façon de fonder un collège consiste, en général, à ouvrir une souscription de dollars et de cents, après quoi, se conformant aveuglément au principe d'une division du travail poussée à l'extrême – principe auquel on ne devrait jamais se conformer qu'avec prudence, - à appeler un entrepreneur, lequel fait de la chose un objet de spéculation, et emploie des Irlandais ou autres ouvriers à poser réellement les fondations, pendant que les étudiants qui doivent l'être passent pour s'y préparer; et c'est pour ces bévues qu'il faut que successivement des générations paient. Je crois qu'il vaudrait mieux pour les étudiants, ou ceux qui désirent profiter de la chose, aller jusqu'à poser la fondation eux-mêmes. L'étudiant qui s'assure le loisir et la retraite convoités en esquivant systématiquement tout labeur nécessaire à l'homme, n'obtient qu'un vil et stérile loisir, se frustrant de l'expérience qui seule peut rendre le loisir fécond. « Mais, dira-t-on, entendez-vous que les étudiants traitent la besogne avec leurs mains au lieu de leur tête? » Ce n'est pas exactement ce que j'entends, mais j'entends quelque chose qu'on pourrait en grande partie prendre pour cela; j'entends qu'ils devraient ne pas jouer à la vie, ou se contenter de l'étudier, tandis que la communauté les entretient à ce jeu dispendieux, mais la vivre pour de bon du commencement à la fin. Comment la jeunesse pourrait-elle apprendre à mieux vivre qu'en faisant tout d'abord l'expérience de la vie? (…) Si je voulais qu'un garçon sache quelque chose des arts et des sciences, par exemple, je ne suivrais pas la marche ordinaire, qui consiste simplement à l'envoyer dans le voisinage de quelque professeur, où tout se professe et se pratique, sauf l'art de la vie; - surveiller le monde à travers un télescope ou un microscope, et jamais avec les yeux que la nature lui a donnés; étudier la chimie et ne pas apprendre comment se fait son pain, (…). Lequel aurait fait le plus de progrès au bout d'un mois – du garçon qui aurait fabriqué son couteau à l'aide du minerai extrait et fondu par lui, en lisant pour cela tout ce qui serait nécessaire, - ou du garçon qui pendant ce temps-là aurait suivi les cours de métallurgie à l'Institut et reçu de son père un canif de chez Rodgers? Lequel serait avec le plus de vraisemblance destiné à se couper les doigts?... »,

    p. 62-64, Walden ou la vie dans les bois, H. D. Thoreau, 1854 ( Gallimard, "L'imaginaire")


    34 commentaires