• La vie s'écoule, la vie s'enfuit
    Les jours défilent au pas de l'ennui
    Parti des rouges, parti des gris
    Nos révolutions sont trahies

    Le travail tue, le travail paie
    Le temps s'achète au supermarché
    Le temps payé ne revient plus
    La jeunesse meurt de temps perdu

    Les yeux faits pour l'amour d'aimer
    Sont le reflet d'un monde d'objets.
    Sans rêve et sans réalité
    Aux images nous sommes condamnés

    Les fusillés, les affamés
    Viennent vers nous du fond du passé
    Rien n'a changé mais tout commence
    Et va mûrir dans la violence

    Brûlez, repaires de curés,
    Nids de marchands, de policiers
    Au vent qui sème la tempête
    Se récoltent les jours de fête

    Les fusils sur nous dirigés
    Contre les chefs vont se retourner
    Plus de dirigeants, plus d'État
    Pour profiter de nos combats.


    167 commentaires
  •  

    Los carbonièrs de La Sala

    Occitans sens o saber

    Cantan l’internacionala

    La cançon del desespèr.

     

    Del punh sarrat que se lèva

    Saludem l’acordeon

    Qual compren la nòstra grèva ?

    Jaurés es al Panteon.

     

    Luchas grandas d’un còp èra

    La polícia dins Aubin

    Per saquejar la misèria

    Quand trigossèrem Watrin…

     

    La plegarem pas l’esquina

    Ajudatz-nos païsans

    Volèm gardar nòstra mina

    Lo pan de nòstres enfants.


    Cantem l’Internacionala

    La cançon de nòstre espèr.

    Los carbonièrs de La Sala

    Nos an mostrat lo dever.

     


    79 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique